3

Plus Jamais. Épisode 3 "Lever le voile sur les vrais conspirateurs".

Comment la dérive génocidaire a-t-elle eu lieu? Y a-t-il une continuité dans ses acteurs? Des récits poignants et des réflexions percutantes
3

Au fur et à mesure que les modèles et les parallèles sont identifiés, nous commençons à voir la continuité des opérations génocidaires par des idéologies utilitaristes et déshumanisantes déguisées en ‘pseudo-sciences’. L’on retrouve les mêmes puissantes dynasties familiales et les mêmes entreprises derrière les évènements de la seconde Guerre Mondiale et la tentative totalitaire du Grand Reset. Hier comme aujourd’hui, leur manipulation mentale a fait appel aux mêmes techniques de propagande, utilisant des slogans identiques, tels que ‘c’était nécessaire’ ou ‘il a fallu répondre à l’urgence’…

Un témoignage particulièrement intéressant dans ce 3ème épisode, est celui de d’Isyyes Keidar, un Juif d’origine hongroise qui a grandi en Israël, et dont la grand-mère Myriam Kerpel Nierenstein, a vécu des moments particulièrement difficiles. Au cours de leurs nombreuses conversations, elle a tenté de lui expliquer ‘comment’ les choses ont dérivé. ‘Pourquoi avez-vous collaboré, pourquoi avez-vous obéi?’ Cette question le hantait. Face à son incompréhension, elle cherchait à identifier des éléments de réponse en lui faisant promettre qu’il ne se laisserait jamais duper à son tour.

Voici une réponse intéressante de ma grand-mère…Je ne sais pas si beaucoup de gens le savent, mais les nazis ne se sont jamais présentés comme des personnes négatives, destructrices. Ils se sont présentés comme des gens, comme un parti qui essayait d'améliorer les choses, et c'est ce qu'ils ont enseigné aux gens. Ainsi, lorsque vous étiez emmené dans un ghetto, c'était pour votre propre protection. Quand on vous emmenait dans un camp, on vous disait : "Ah, nous avons du travail pour vous là-bas, de la nourriture et un abri." Il s'agissait toujours de dire : "Non, en fait, nous vous aidons. Nous voulons vous aider." Ainsi, tous les Juifs qui sont montés dans les trains, et peu de gens le savent, ont bénéficié d'une fameuse propagande de la part des gens qui les ont convaincus que c'était bon pour eux. Et cela s'est poursuivi jusqu'à la fin. Car ce n'est qu'à la toute fin que les nazis sont devenus vraiment insupportables, ouvertement sadiques.

Au fur et à mesure que des conditions horribles étaient imposées, chaque changement était présenté comme un espoir d’amélioration, alors qu’en réalité il menait au pire. Keidar évoque les heures les plus sombres qu’elle a connues dans le ghetto :

La véritable obscurité, c'est lorsque vous rampez pendant des heures dans les eaux usées des égouts, comme elle le faisait chaque jour, pour aller chercher un demi-pain dans une poubelle à l'extérieur du ghetto.

Dans de telles conditions, la promesse d’un morceau de pain quotidien était facile à accepter…

Jeune femme en bonne santé, sa grand-mère avait participé à de nombreuses ‘sélections’ supervisées par le Dr Mengele, avant d’être envoyée dans différents camps de travail. De quoi avait-il l’air ? Selon les mots de cette femme qui avait échappé à la mort de nombreuses fois :

Il était plutôt ennuyeux. C'était une personne froide, calculatrice, grise. On pourrait dire qu'il était très scientifique. Il se voyait comme un scientifique et on ne pouvait pas dire, quand on le voyait, qu'il ressemblait à cet horrible monstre que tout le monde a voulu dépeindre.

En fait, comme le rappelle Isyyes Keidar il avait juste l’air ‘neutre’, comme tous les scientifiques et experts qui dirigent ces opérations aujourd’hui.

Une anecdote récente illustre aussi comme des notions présentées comme ‘neutres’ et des décisions désignées comme nécessaires ont permis de manipuler l’esprit des gens.

J'étais près de Fribourg, je me promenais dans un village appelé Ebringen. J'ai rencontré ce type, un Allemand, qui s'appelait Claudius. Au fil de la conversation, il s'est passé quelque chose de très étrange. Il a commencé à défendre les raisons de l'Holocauste. Et les mots qu'il a utilisés, que tout le monde doit entendre, la phrase qu'il a utilisée et qu'il a répétée encore et encore, c'est "C'était nécessaire". Cette phrase magique : "C'est nécessaire. C'est nécessaire." C'est aussi, d'une certaine manière, ce qui est utilisé en ce moment, sauf qu'il y a un gros virus en cours pour justifier qu’ ‘il faut faire ceci et cela."

Et donc, pour que tout le monde le sache, cette rhétorique a déjà été utilisée auparavant. Pendant la Seconde Guerre mondiale, on a expliqué à la population locale que tout ce qui se passait était absolument nécessaire parce que les choses devenaient trop importantes, qu'il y avait trop de monde, qu'il y avait toutes sortes de problèmes d'hygiène, etc. Cette attitude n'a donc rien de nouveau. De "c'est nécessaire", on passe à "c'est urgent", puis à "l’état d’urgence" et la force majeure. Telle est la progression. Mais cela commence par "Oh, c'est nécessaire".

Vera Sharav et Vladimir Zelenko s’en prennent à Klaus Schwab, le vilain caricatural à qui il ne manque qu’un chat pour figurer dans un James Bond. Faut-il s’étonner du fait que le fondateur et président du Forum économique mondial provienne d’une famille d’industriels ayant collaboré avec le régime nazi ? La succursale allemande de l’entreprise Escher-Wyss à Ravensburg, alors dirigée par son père Eugen, avait même été désignée comme une ‘entreprise modèle du régime national socialiste’ par le régime d’Hitler. Après la guerre, la famille a également été impliquée dans le développement d’armes nucléaires.

De toute évidence, les liens entre l’idéologie du surhomme des nazis et l’homme augmenté du transhumanisme prôné par Klaus Schwab dans son ‘Grand Reset’ sont manifestes.

Fils de nazi convaincu, fondateur du forum de Davos et auteur du ‘Grand reset’

En 2016 Schwab annonçait que dans la prochaine décennie, les implants cérébraux ou cutanés mèneraient à une fusion entre ‘l’identité physique, numérique et biologique’ de l’être humain.

Pour le Dr Zelenko, il faut donc prendre ses ‘prévisions' au sérieux et par conséquent poser la question qui fâche : comment et pourquoi 7 milliards d’êtres humains se soumettraient-ils spontanément à ce genre de procédure? Ou cela passerait-il par la vaccination?

Les familles eugénistes, toujours à la manoeuvre depuis la montée du nazisme.

Un eugénisme ‘démoniaque’ d’une élite délirante auto-proclamée, plutôt que de l’antisémitisme…

Pour le Dr Zelenko :

Le mal de la Seconde Guerre mondiale, qui s'est cristallisé dans la dépravation des massacres nazis, était enraciné dans un concept d'eugénisme. Il était ancré dans le concept de hiérarchie au sein de l'humanité. Il y avait l'übermensch, le mensch et l'üntermensch. Le surhomme, l'humain et le sous-homme. Pourquoi les nazis étaient-ils des surhommes ? Parce qu'ils étaient les descendants d'une sorte de dieu aryen. Qui étaient les humains ? Les Anglo-Saxons. Ils étaient destinés à être réduits en esclavage pour servir les surhommes supérieurs. Et les sous-hommes, dont vous et moi faisons partie, ainsi que les Slaves, les Tziganes, les handicapés et les prisonniers politiques, étaient destinés à être éliminés. Cela n'a pas fonctionné comme ils le souhaitaient, même s'ils ont tué au moins six millions d'entre nous. Mais le concept n'a pas disparu. Il est resté en sommeil pendant quelques décennies et il refait surface aujourd'hui.

Pour être honnête, cette fois, ce n’est pas de l’antisémitisme. Je ne le crois pas - et d’ailleurs beaucoup d’auteurs de ces crimes sont juifs. Ce n'est pas un programme antisémite. Il s'agit d'autre chose. C'est démoniaque, c'est comme le produit de la distillation du mal. Par contre, l’on retrouve aussi qu'il y a une classe de ‘surhommes’, la soi-disant élite auto-proclamée ; disons des personnes qui pensent évoluer à des niveaux de conscience supérieurs - c’est ce qu’elles croient. Moi, je ne pense pas qu'il y ait quoi que ce soit d'évolué chez eux.

Le nouvel ordre mondial n'est pas une évolution de l'humanité. C'est un retour au paganisme, à l'idolâtrie et aux sacrifices d'enfants. Il n'y a rien de nouveau ici. Ils ont juste relooké le concept pour donner un emballage new-age au nouvel ordre mondial. Ils reviennent à un paganisme primitif . Cela vient de refaire surface avec ces dégénérés, je suis à court d'adjectifs pour les qualifierà ce stade, mais ils se sont démasqués et sont prêts à nous sauter dessus.

Fort heureusement, Ina-Maria Raschen a eu la chance d’avoir des parents éveillés qui ont vu la réalité et écrit des pamphlets pour dénoncer le totalitarisme en marche, avant de fuir à temps. Son père avait lu ‘Mein Kampf’ d’Hitler en 1933 et l’avait pris au sérieux. Mais malheureusement, les gens pensent souvent ‘qu’ils n’iront pas si loin’.

C’est pourquoi, il faut continuer à alerter :

Je ne peux pas me taire et attendre en me disant que je n’agis pas. Je dois dénoncer ce qui se passe. Les Allemands sont tellement... Je ne peux plus les entendre. Ils n'ont rien appris. Et maintenant, la vérité se fait jour. Elle est difficile à accepter. C'est difficile à digérer, mais il est nécessaire que la vérité apparaisse pour que la vie soit meilleure. La guérison a donc commencé. Nous nous battons pour la vérité et nous restons positifs.

L’épisode ce termine avec une note spirituelle venant de Johanna Findeisen, dont le père qui avait perdu toute foi en Dieu et en l’humanité au sortir des camps de concentration, avait finalement pu retrouver la lumière peu avant de mourir.

3 Commentaires
Auteurs
Senta Depuydt